Dans le cadre du documentaire PLAY qui sera diffusé sur Canal+ le 20 juin à 20h50, une soirée consacrée aux sports urbains était organisée vendredi dernier.

À Donets’k comme à Paris, la pluie est venue jouer les trouble-fête, retardant la victoire des Bleus et perturbant le déroulement de la soirée PLAY Paris. Un spot de skate impraticable, une piste de vélo mouillée et une randonnée roller qui n’a pas pu démarrer. Seule l’initiation au street golf animé par le collectif Le 19ème Trou a fait de la résistance face à la météo. C’est donc sur l’esplanade des Invalides que l’on a retrouvé une petite poignée de golfeurs et curieux qui ont décidé de braver les gouttes et de taper des balles.

Improviser une partie de street golf dans lieu comme celui-là n’est pas bien compliqué : une poubelle, un peu de musique et le terrain est prêt. Le but est de mettre la balle dans la poubelle. Une tâche qui n’est pas vraiment aisée et qui peut vite s’avérer laborieuse lorsque l’on n’a jamais touché un club de golf. Fort heureusement, l’équipe d’animation et les golfeurs plus aguerris sont disponibles pour nous prodiguer des conseils nous permettant de découvrir un peu mieux ce sport dans un joli cadre.

Peu à peu la nuit tombe, la poubelle s’allume et les balles sont remplacées pour des modèles avec glow-stick. Sous la pluie, dans la nuit, le street golf se joue dans n’importe quelle condition du moment qu’il y ait des potes, de la bonne humeur et de l’envie comme nous l’explique Sköyp, fondateur du collectif.

 

QUESTIONS À SKÖYP

Pour commencer, peux-tu te présenter ?

Ah j’adore cette question ! Je suis Philippe, alias Sköyp, fondateur du 19ème trou. Aujourd’hui on a organisé un évènement pour Canal+ à l’occasion de la sortie du documentaire PLAY.

Le 19ème trou kézako ?

C’est une équipe de street golf. On fait de l’évènementiel, on organise également des évènements associatifs et des compétitions, dans le but de promouvoir le street golf, le faire connaître et casser l’image fermée et austère que le golf peut avoir en France.

Comment est né le street golf ?

Le street golf est né en Allemagne, il y a vingt ans et nous avons pris la relève en 2003 en France. J’ai découvert ça après avoir joué au street golf, moi j’avais vraiment envie de jouer au golf, je n’avais pas envie de prendre le métro, le bus, le RER pour y aller. On tapait des  vraies balles avec un pote dans la rue ou sur les quais de Seine avec un pack de bière. On a continué à jouer une semaine, deux semaines, trois semaines et voilà dix ans après on en est là.

Comment se déroulent vos sessions ?

On fait des sessions hebdomadaires tous les mardis. Il y a aussi des sessions réservées à nos adhérents dans des lieux secrets, on fait découvrir de nouveaux spots, on s’entraîne un peu, on est en plus petit comité donc ça c’est génial. Et sinon des sessions quasiment un mardi sur trois pour le public et quand il fait beau le samedi on se rend à la Défense, on va jouer partout dans Paris ou bien on se déplace dans d’autres villes françaises.

Quels sont vos spots préférés ?

Où on veut, quand on veut, avec qui on veut. Là on est sur l’Esplanade des Invalides, c’est un spot assez sympa malgré la pluie. La Défense est une ville abandonnée donnant l’impression le soir ou le samedi après-midi qu’elle est à notre disposition pour le street golf. Dans des endroits complètements différents, aussi bien dans les petites rues de Montmartre que dans les stations de ski notamment à Tignes. Récemment nous avons joué à St. Andrews. On peut jouer partout car nous avons des balles semi-rigides qui ne cassent rien donc c’est génial.

St. Andrews c’est en rapport à votre participation à un festival de golf en Écosse ?

Voilà c’est « The Home of Golf », on appelle ça la capitale mondiale du golf, c’est là que c’est né il y a peu près 300 ans et nous avons pu jouer là bas au mois d’avril à l’occasion du premier GOLF FESTIVAL de St. Andrews, c’était extraordinaire.

C’était juste un festival ou il y avait une compétition ?

Festival pour la promotion du golf, on était nommé en tant qu’ambassadeur, on jouait avec des amis, des challenges étaient organisés, c’est ce qui manque dans le golf ou c’est ultra select, surtout à St. Andrews. Ça a fait son office parce que les responsables du festival ont eu rendez-vous au Club House pour discuter des retours positifs de cet évènement, ils voudraient s’associer au festival l’année prochaine. Et on voit le nombre de gens qui s’y mettent aujourd’hui, ça vient de tous les univers : experts comptables de cinquante balais, jeunes de vingt ans, graphistes, photographes, étudiants.

Un temps comme celui-ci, ça dérange quand vous jouez ?

C’est sur oui, mais regarde, il y a de la musique, la pluie s’est arrêtée, tout le monde fait la fête avec du public varié et on fait découvrir le sport. D’autres qui  font des activités différentes viennent, il y avait un mec du Spin Collectif (street frisbee) qui est passé juste avant, on a discuté un peu, on échange sur les différents réseaux, les différentes cultures urbaines.

Peux-tu nous parler de la scène française ?

Alors j’ai entendu 50 000 joueurs en France dans le journal Metro. Nous pensons que c’est 5000/10000, ce qui est déjà pas mal. Il y a un championnat de France. Celui-ci affiche complet à chaque étape, il y a 7 étapes cette année avec 80 joueurs. Sur les 7 étapes il y a encore Paris pour la finale au mois de septembre mais avant Amiens, Lille et Grenoble,  nouvelle étape qu’on a pas encore joué du coup on est vraiment tous impatient d’y aller. Ça bouge partout, le championnat de France à rehausser, l’objectif c’était de faire reconnaitre ce sport auprès des collectivités et des marques, monter en qualité, faire un règlement avec un classement. On a gagné le championnat l’année dernière, cette année on est en tête et on va voir ce que ça donne.

Par rapport au documentaire PLAY, quelle serait ta définition du mot « sport » ?

Se faire plaisir, rencontrer des gens, lancer des challenges, le frisson. La première fois que j’ai joué en ville, je m’en rappellerais toujours, taper une balle dans la rue, à l’époque on jouait avec des vraies balles.
Rien ne s’est fait avec des coups de fils ou des prestations. L’échange, les rencontres, tout le réseau aujourd’hui du collectif c’est le fruit de rencontres grâce au sport et  à la rue.

Que dirais-tu pour encourager les gens à jouer au street golf ?

Allez faire un tour sur le site internet du 19ème trou. Si vous avez envie de vous amuser, de rencontrer des nouvelles personnes issues de milieux diverses et pratiquer un sport en même temps alors venez jouer au street golf, vous allez voir c’est génial.

Un dernier mot ?

Où tu veux, quand tu veux, avec qui tu veux.

PLAY sera diffusé mercredi 20 juin à 20h50 sur Canal+. Réalisé par Manuel Herrero, le documentaire permettra de découvrir à travers le monde les différentes facettes du sport , de par son côté humain, son côté ethnique et son côté fédérateur avec des interventions d’icônes du sport telles que Zidane ou Cantona. Le tout sur une bande originale composée par Laurent Garnier et Scan X.