Gernot et Szari, les deux singes à l’origine des labels Monkeytown et 50 Weapons et du groupe Modeselektor étaient à Paris vendredi 29 juin pour un live au Trianon dans le cadre du festival Rendez-Vous.

Arrivé devant le Trianon un peu tard, persuadé d’avoir loupé Sound Pellegrino Thermal Team en première partie, ce fut une surprise de voir une longue file d’attente s’étendant le long du boulevard de Rochechouart. Et pour cause, le concert des deux allemands fut retardé à la suite d’un souci avec leur matériel bloqué à l’aéroport de Berlin. Ils assureront d’ailleurs leur live avec simplement deux ordinateurs, des machines et quelques lumières. Ça leur sera suffisant pour enflammer le Trianon et nous offrir un live magique.

Le groupe arrive sur scène et n’a pas de mal à chauffer la salle impatiente. Un « bonjouuuuur Pariiiiiis » de Szari fait tout de suite monter la température d’un cran. Les premières notes de « Grillwalker » lancent les hostilités d’une première partie de concert axé hip hop dans laquelle on retrouvera entre autres « Pretentious Friends » ou « Dark side of the sun ». Teki Latex fait une brève apparition sur « 2000007 », mais malheureusement sans micro suite à une extinction de voix, parait-il.

C’est sur « Déboutonner » que le live prend un virage plus electro avec des morceaux comme « Art & Clash » ou encore « Evil Twin ». Une incroyable montée en puissance morceau après morceau jusqu’au climax : « Kill Bill Vol 4 ». C’est le bordel, il n’y a pas d’autres mots. Le sol flottant du Trianon se transforme en trampoline, le groupe offre une douche de champagne aux premiers rangs, une euphorie générale jouissive parcourt la salle.

L’heure de la descente a sonné avec une dernière partie plus posée et planante qui débute sur le remix de « Good evening Mrs Magpie » de Radiohead suivi de « Let your love grow » et « Berlin ». Le concert s’achèvera en apothéose sur « A New Error », excellent titre issu de leur association avec Apparat.

Lorsque le concert s’achève, la salle est moite et le public éreinté mais heureux. Avant de quitter la scène, Gernot  adresse quelques mots à une femme enceinte située  balcon « It’s a Modeselektor baby now ».

Un live sans fioriture, démontrant que les artifices ne font pas tout aujourd’hui, il suffit d’une setlist maitrisée pour faire vivre un moment mémorable au public comme ce fut le cas ce soir là. L’énergie et la bonne humeur qui se dégagent des deux énergumènes sont très appréciables. Szari taquine souvent le public en vidant des bouteilles d’eau, s’allongeant sur le devant de la scène, ce qui ne fait qu’accroitre l’ambiance tout au long du live.

Pendant plus d’une heure et demie, sous le jout de ces deux singes, Paris est devenu Berlin.

 

Photo de l’en-tête : Florian Denis (plus de photos du concert sur son site)
Photo miniature et article: Pascal Montary / Mercredi Production (plus de photos du concert sur leur Flickr