Woodkid, homme multi-casquettes, s’apprête à sortir son album The Golden Age. Alors que l’attente est à son comble, il vient d’ajouter une pierre à son édifice avec un nouveau clip.

Yoann Lemoine est une figure connue pour son travail de clippeur pour Katy Perry ou Lana Del Rey entre autres, mais aussi pour son alter-égo chanteur et compositeur : Woodkid. Un personnage qui possède d’avantage la forme d’un projet grandiose à l’esthétique ultra léchée plutôt qu’un simple nom de scène. Woodkid c’est une musique épique, des visuels impeccables, des shows magiques ainsi que du packaging soigné.

Le clip de « Iron » avait fait sensation. « Run Boy Run » a été tout autant acclamé. C’est maintenant au tour de « I Love You » de venir titiller nos rétines. Les liens entre les clips sont évidents, mais l’histoire contée l’est moins. Cette dernière pièce d’un immense puzzle sème un peu plus le trouble, apporte de nouvelles questions mais pas vraiment de réponses. Il faut donc laisser libre court à son imagination et interpréter à sa manière les différents éléments provenant des vidéos, des paroles et de l’univers du futur album.

Qui est ce prêtre ? Qui est ce garçon ? Quel est la signification de ces clips ?

« Run Boy Run ! This race is a prophecy »

Sortant en trombe d’une petite église au milieu d’une plaine, les joues ruisselantes, un jeune garçon vient d’apprendre qu’il est l’unique espoir d’un monde. Apeuré, il court vers son destin. Peu à peu il prend confiance en lui et s’arme pour partir à l’assaut de sa prophétie.

Tout au long de son périple, cet enfant a besoin d’aide qu’il matérialise, grâce à son âme innocente, par des monstres de terre et de bois qui aideront ce petit guerrier à se relever, combattre et atteindre son but final pour que la prophétie se réalise.

—-

« In the waves I’ve lost every trace of you »

Le garçon sans vie git sur le sol. L’action se concentre ensuite sur l’église de « Run Boy Run » afin de suivre la messe funéraire d’un prêtre. Elle commence par ces paroles : « Today I will tell you the story of a man who drowned in the icy waters of the ocean after losing the one he loved. This is the story of a man who died twice ».

L’enfant n’est plus, l’espoir est vain. Ce prêtre n’a plus de raison de croire, le chagrin le submerge. Sa foi a disparue en même temps que la vie du garçon et il sait que son tour viendra dans un futur proche. La mort viendra, deux fois, spirituellement et physiquement.

Cette plainte qu’il joue sur l’orgue est aussi une manière d’annoncer à la population qu’il n’y a plus d’espoir, que le prophète s’est éteint. L’apocalypse est proche.

—-

« Deep in the ocean, dead and cast away » (référence à « I Love You ») / « I’m ready for the fight, and fate »

La mort du garçon, du prophète, laisse place à une fin tragique : l’apocalypse. Chacun se prépare à combattre et résister face à son terrible destin.

Une valise à la main, le prêtre est prêt pour son voyage de l’autre côté. Mais il doit d’abord procéder à la cérémonie funéraire de l’enfant décédé gisant sur un bloc de marbre, une couronne de fleurs autour de la tête. Il récite donc des passages lus dans sa bible, laissant place aux sombres cendres tombant du ciel.

L’ouvrage du prêtre tombe sur le sol et s’embrase. Le ciel s’assombrit au-dessus de la petite église. C’est la fin.

—-

L’ordre des morceaux présents sur l’album est cohérent. « Run Boy Run » est la 2e piste, « I Love You » la 5e et « Iron » la 13e, suivie par « The Other Side », soit la perte d’un espoir, la fin d’un monde.

L’histoire contée dans ces clips peut rejoindre celle de The Golden Age puisque celui ci raconte le passage de l’enfance à l’âge adulte. Lorsqu’on laisse nos tendres années derrière nous, on perd une partie de notre personne. C’est une ère de notre vie qui se termine pour en commencer une nouvelle.

Yoann Lemoine dit utiliser le bois comme comparaison pour représenter l’enfant et le marbre pour l’adulte. Les monstres de bois imaginés par le petit dans « Run Boy Run » et le bloc de marbre sur lequel il est allongé dans « Iron » coïncident.

Ce que Woodkid nous raconte à travers ses clips est donc une histoire suggérée, poussée, qui fait appel à nos sens, à nos connaissances pour mettre en liaison les différents symboles, pour comprendre ce qui est conté.

Tout ceci reste une hypothèse, il est impossible pour l’instant de répondre avec exactitude à cette théorie. Il nous faudra attendre les prochaines pièces du puzzle pour avoir des réponses. Peut-être avec la sortie de l’album The Golden Age le 18 mars ou bien dans le prochain clip.